Accès à vos comptes
Imprimer la page
Accueil > Dirigeants d'associations > Le pilotage des risques associatifs
dossier
Dirigeants d'associations

Juin 2010 - Le pilotage des risques associatifs : un hasard devenu nécessité

Chronique mensuelle - Par Noël RAIMON
Avocat associé, Directeur du Pôle activités non marchandes du cabinet FIDAL

Dans un environnement économique et social de plus en plus complexe et incertain, les dirigeants d’associations employeurs sont plus souvent isolés, voire désemparés, surtout lorsqu’ils ont le sentiment de ne plus maîtriser l’alpha et l’oméga de leur budget.

Trop longtemps considéré, au mieux comme un luxe réservé aux riches, au pire comme un gadget, le pilotage des risques associatifs s’avère plus que jamais à l’épreuve des faits une nécessité non négociable. Plus familière aux entreprises du secteur marchand, cette démarche peut de prime abord sembler difficilement transposable à l’économie sociale en raison du nombre élevé de paramètres qualitatifs et d'enjeux souvent contradictoires qui lui sont propres.

Cependant, en passant au crible les grandes fonctions opérationnelles d’une association, on parvient à sélectionner et analyser les indicateurs-clés qui permettront aux dirigeants élus et salariés, non seulement de mettre en œuvre un processus complet de hiérarchisation des risques, d’évaluation de leur intensité et de leur degré d’occurrence, mais surtout de décider des actions à engager en connaissance de cause.

Si un doute subsistait sur la pertinence et l’actualité d’une telle approche, qu’il nous suffise de rappeler quelques unes de ses applications pratiques :
  • corriger des dysfonctionnements existants au sein des organes collégiaux ou prévenir leur apparition soudaine ;
  • protéger l’image et la notoriété de l’organisme ;
  • étayer un dossier de demande d’emprunt ou conforter une demande de subvention ;
  • prévenir une fermeture d’établissement, la suspension de ses activités ou encore leur transfert administratif à un autre établissement ;
  • éviter qu’une association ne soit temporairement gérée par un mandataire de justice ;
  • attirer de nouveaux bénévoles ou/et éviter d’en perdre.

Recherche
S'abonner
Devenir Client