Accès à vos comptes
Imprimer la page
Accueil > Dirigeants d'associations > nomination administrateur provisoire
dossier
Dirigeants d'associations

Avril 2006 - La nomination d’un administrateur provisoire : un mal nécessaire ?

Chronique mensuelle - Par Noël RAIMON
Avocat associé, Directeur du Pôle activités non marchandes du cabinet FIDAL

Il ne se passe pas de mois, voire de semaine, sans que la nomination d’un administrateur provisoire au sein d’une association ne soit demandée et souvent obtenue par un ou plusieurs membres et/ou administrateurs de tels organismes!
Ce constat semble devoir être une tendance lourde, dès lors que les dissensions internes graves entre dirigeants bénévoles et parfois salariés s’avèrent au fil du temps plus fréquentes et, semble-t-il, difficilement réductibles, chacun ayant apparemment de bonnes raisons d’en découdre…

C’est oublier que l’intérêt général des associations et des personnes qu’elles sont présumées servir en sort rarement indemne, tant du point de vue de l’image qu’au plan financier !
S’il n’est pas question de contester ici le bien fondé des missions confiées aux administrateurs provisoires, limitées dans le temps et généralement bien cantonnées par le juge, force est cependant de s’interroger sur les moyens de prévenir une issue financièrement onéreuse et psychologiquement délicate pour l’organisme.

Nous ne prendrons pas un grand risque en écrivant ce que nombre de praticiens observent régulièrement : les conflits entre dirigeants, les carences des organes sociaux et les dysfonctionnements en tout genre sont trop souvent le fruit amer d’une charte statutaire bâclée, les considérations politiques prenant encore le pas sur une saine contractualisation des relations internes.

Recherche
S'abonner
Devenir Client