Accès à vos comptes
Imprimer la page
Accueil > Dirigeants d'associations > Les associations, parent pauvre du Rapport « ATTALI »
dossier
Dirigeants d'associations

Mars 2008 - Les associations, parent pauvre du Rapport « ATTALI »

Chronique mensuelle - Par Noël RAIMON
Avocat associé, Directeur du Pôle activités non marchandes du cabinet FIDAL

Le constat établi par la Commission « ATTALI » et remis au Président de la République le 23 janvier est, au moins sur un point, on ne peut plus clair : la libération de la croissance française ne passera pas, selon l’auteur du Rapport, par les associations, ou alors très subsidiairement…
En effet, parmi les 300 mesures destinées à mettre en oeuvre cet objectif national (*), tout juste une demi-douzaine fait appel aux associations, le plus souvent de manière très marginale.
On est en droit de s’étonner que des débats pourtant nourris se soient avérés à ce point lacunaires, s’agissant d’un secteur d’activités dont on sait qu’il est tendanciellement plutôt créateur d’emplois.

A dire vrai, seule la décision n° 155 devrait retenir l’attention des dirigeants et responsables bénévoles d’associations : ainsi, « afin de permettre aux porteurs de projets dans les quartiers de créer leur entreprise (commerce de proximité, agence de haute technologie), il est proposé de développer des agences d’accompagnement aux micro-entrepreneurs, en charge notamment du soutien auprès des banques et des institutions spécialisées pour l’obtention de micro-financements ».

(*) le Rapport « ATTALI » est consultable sur le portail Internet du site du Premier Ministre

Recherche
S'abonner
Devenir Client